La feuille d’automne


Emportée par le vent
En ronde monotone
Tombe en tourbillonnant…

Elle est restée sur le pare-brise, petite, un peu citronnée, à peine, tandis que la fraicheur était là, on voyait la neige glacer les sommets au loin mais c’est déjà une autre histoire…

Et ce chant dans mon cœur murmure, murmure,
Et ce chant dans mon cœur appelle le bonheur.

Il suffit de peu, comme une chanson de l’enfance parfois…pour ressentir un sourire intérieur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s