Evian, la douce


C’est une toute petite ville, qui a eu son heure de gloire au début du XXÈME siècle. Célèbre pour sa source, qui alimente aussi les robinets de chaque foyer, avec des quais à tomber…au niveau de la beauté du site.
Oh, bien sûr, malheureusement, l’ urbanisme touristique effréné du tout fric l’ a un peu défiguré et la population de petits vieux attirée par le climat, est un peu déprimante, comme à Nice, sans les fans d’ Estrosi, il y a des limites.

Mais le lieu est magique, malgré tout. Le Lac ramène tout à lui, le Léman y est somptueux, et l’ atmosphère y est douce, lumineuse, au point qu’ un rayon de soleil en hiver peint les palmiers en azur, et les diffractions de la lumière lui donne un air d’ été. Ces clichés en témoignent, du 7 décembre de cette année.

Ma région est belle.

L’ horizon vers le Jura


Noyée dans une mer de brumes ou de nuages, ma montagne natale est quand même si belle vue des plateaux du Léman. On ne le voit pas sur ce cliché,mais le lac est en dessous des brumes.
Ici, c’est la Suisse qu’on observe mais si j’étais un oiseau, il me suffirait de grimper par delà tout ceci pour retrouver cette terre de mes ancêtres, que je garde avec moi, toujours.

Le ciel est tacheté de bleu et d’étoupes de nuages, il est immense, impressionnant, comme toujours ici

Un arbre se dessine nu dans l’hiver


Un arbre : j’aime les branches qui tissent à chaque fois des arabesques, des volutes et des lignes renouvelées, lignes épurées de l’hiver, nudité du dessin, du mouvement, beauté de la vie qui se trace un chemin, immobile pour les yeux, parfois mélancoliques, parfois juste incroyablement beau:

2012-12-30-322 2012-12-31-348 2012-12-03-161 2012-12-03-167 2012-12-03-173 2012-12-19-202 2012-12-19-203 2012-12-19-205 2012-12-22-234