Milord est parti


En ce temps-là, on pouvait arriver de nulle part, avec sa gueule de métèque et croiser un Georges Brassens, au café, chez son amie et l’aborder. Il n’y avait pas de star system, de paparazzi, on fichait la paix aux artistes et aux vedettes, il n’y avait pas de buzz, de Twitter, ou autre chose, on pouvait discuter sans un manager et un service de sécurité.

Un Georges Moustaki a pu rencontrer des artistes, composer pour eux et lancer sa carrière.

Maintenant, même pour un festival, il faut un laisser-passer…

Je salue donc l’étranger venu en France composer ses textes et chansons qui restent dans notre patrimoine musical dont Milord

 
« Allez, venez, Milord! Vous asseoir à ma table; Il fait si froid, dehors, Ici c’est confortable. Laissez-vous faire, Milord Et prenez bien vos aises, Vos peines sur mon coeur Et vos pieds sur une chaise Je vous connais, Milord, Vous ne m’avez jamais vue Je ne suis qu’une fille du port, Qu’une ombre de la rue… Pourtant je vous ai frôlé Quand vous passiez hier, Vous n’étiez pas peu fier, Dame! Le ciel vous comblait: Votre foulard de soie Flottant sur vos épaules, Vous aviez le beau rôle, On aurait dit le roi… Vous marchiez en vainqueur Au bras d’une demoiselle Mon Dieu!… Qu’elle était belle… J’en ai froid dans le coeur… Allez, venez, Milord! Vous asseoir à ma table; Il fait si froid, dehors, Ici c’est confortable. Laissez-vous faire, Milord, Et prenez bien vos aises, Vos peines sur mon coeur Et vos pieds sur une chaise Je vous connais, Milord, Vous ne m’avez jamais vue Je ne suis qu’une fille du port Qu’une ombre de la rue… Dire qu’il suffit parfois Qu’il y ait un navire Pour que tout se déchire Quand le navire s’en va… Il emmenait avec lui La douce aux yeux si tendres Qui n’a pas su comprendre Qu’elle brisait votre vie L’amour, ça fait pleurer Comme quoi l’existence Ça vous donne toutes les chances Pour les reprendre après… Allez, venez, Milord! Vous avez l’air d’un môme! Laissez-vous faire, Milord, Venez dans mon royaume: Je soigne les remords, Je chante la romance, Je chante les milords Qui n’ont pas eu de chance! Regardez-moi, Milord, Vous ne m’avez jamais vue… …Mais vous pleurez, Milord? Ça je l’aurais jamais cru! Eh ben, voyons, Milord! Souriez-moi, Milord! …Mieux que ça! Un petit effort… Voilà, c’est ça! Allez, riez, Milord! Allez, chantez, Milord! La-la-la… Mais oui, dansez, Milord! La-la-la… Bravo Milord! La-la-la… Encore Milord!… La-la-la… »

 

Adieu, l’artiste!

 

 

Les vrais amis


je t'aime, je t'aime pas

je t’aime, je t’aime pas (Photo credit: canadapost)

On ne les choisit pas, ses vrais amis.

Ils arrivent dans votre vie, par hasard ou accident, ils se découvrent au gré d’un évènement, d’un accident. La main se tend et on la saisit.

Parfois, ils vous apprécient plus que vous ne les appréciez et vous apprenez à les connaitre.

Les vrais amis vous choisissent , vous les choisissez parce qu’il n’y a aucun intérêt matériel à aimer être avec eux. Ils ne flattent pas, ils ne vous disent pas ce que vous avez envie d’entendre. Ils sont authentiques, pas forcément de votre milieu, ne sont pas forcément de la même origine sociale ou autre que vous.

Des faux amis, on peut en avoir plein. Il suffit d’attirer un peu la lumière pour les voir débarquer, mais ne comptez pas sur eux pour vous aider, vous remonter le moral, vous dire quand vous déconnez, que vous vous éloignez de ce que vous êtes.

Sur le net, c’est encore plus flagrant. Il suffit d’avoir un peu de renommée, un peu de poids numérique…Je ne parle pas pour moi car j’ai des amis dans la vraie vie et le net ne me donne que la possibilité de rencontrer des gens qui vont me toucher par leur sincérité et leur richesse intérieure.

Alors, si vous avez l’envie de partager, de vous faire plaisir à découvrir d’autres gens qui seront là et qui feront passer leur chaleur humaine à travers de simples mots, sans autre pensée que de se faire plaisir avec vous, vous êtes les bienvenus dans mon espace numérique des amis.

Car si on suspecte les gens sans preuves de choses pas très claires sans avoir ouvert son coeur, vous ne m’intéresserez pas. Notre rapport à l’autre est un miroir, encore plus grossissant sur le web.

Mais si on cache, si on a des chemins détournés, si on ne se sert du web que pour se faire mousser, on passe aussi à côté de gens biens qui peuvent être de vrais amis et en définitive les masques finissent toujours par tomber.

Les vrais amis sont rare, dans la vraie vie, et sur le net, ce sont des fleurs qu’on se doit de cultiver comme nous sommes aussi leur fleur.

Straight Ahead


 

C’est une de mes chansons fétiches, elle donne la pêche et c’est important, de pouvoir marcher la tête haute.

« Fier et la tête haute

Tu viens de tout en bas, mais tu as toujours vu la lumière

Maintenant, tu es prêt pour le voyage, prêt pour crever le plafond

Garde le sentiment que tu vas t’élever, c’est tout le sens, saisir la vibration, c’est le message

Garde la volonté de gravir les obstacles pour aller jusqu’en haut,

Nous sommes une direction

Nous sommes une seule vibration

C’est le message: Garder toujours la tête haute, marcher fièrement sans honte.

Droit devant toi sans dévier vers la haine mais seulement l’amour, garder son esprit pur, et son cœur dans l’amour,garder ses sentiments et marcher droit devant

Marcher toujours la tête haute »

DS3 cabriolet: Une bouille trop craquante


Elle est géniale, avec le toit qui s’ouvre et se ferme à 120 kms/h, elle a une bouille pas possible. l’aileron arrière se rétracte afin d’escamoter plage et vitre, une vraie trouvaille bien pensée, oui, j’adore positivement. Elle va être sans doute une des vedettes du Mondial de Paris.

J’avoue, c’est une de mes passions, les belles voitures et je suis une fan de Citroën depuis toute petite. Alors, ne boudons pas notre plaisir, si vous aimez aussi:-)

La Citroën DS3 cabriolet en images et en vidéos par rtl-fr